ShareThis

13 novembre 2015

Bride stories, tome 7 [Kaoru Mori]

L'auteur : Koaru Mori, née en septembre 1978 à Tôkyô, est une mangaka connue notamment pour sa série Emma.

L'histoire : Bien décidés à mettre la main sur de nouveaux pâturages, les Hargal s’allient aux Berdan, des parents éloignés, pour raser le village des Eyhon et récupérer les terres nécessaires à leur survie. Grâce à l’artillerie fournie par les Russes, ainsi qu’à l’effet de surprise, ils espèrent une victoire facile... Mais rien ne se passe comme prévu : trahi par ses récents alliés, le père d’Amir est tué juste après la débâcle !

Pendant ce temps, Smith, qui ignore tout de ces événements dramatiques, continue son périple sur les routes de Perse...

Mon avis : Il y a plus de trois ans maintenant, je vous parlais de ma découverte du premier tome de Bride stories. De mon émerveillement face à la richesse des dessins notamment. Et de l'intérêt que savait susciter Kaoru Mori en nous dévoilant des scènes de vie quotidienne en Asie centrale (nous passons du Kirghizistan à l'Ouzbékistan), à la fin du XIXe siècle, au temps où les femmes étaient l'instrument d'alliance entre des clans. Sept tomes plus tard, où en sommes-nous ?

J'ai relu l'ensemble des 6 tomes précédents avant de découvrir ce tome 7. C'est que, avec des volumes dont la parution est aussi espacée, je ne me souvenais plus vraiment de l'histoire. Et pour cause ! Si ce qui frappe à la lecture du premier tome sont les détails nombreux dans les dessins : richesses des broderies, des tapis, des visages et des décors. Mais, l'histoire elle-même est très riche et ne se lit pas de façon légère. Nous croisons une ribambelle de personnages secondaires, le tout lié par un fil conducteur : les coutumes liées au mariage.

Avec le tome 1, on découvrait Amir, jeune mariée de 20 ans, découvrant son époux Karluk, 12 ans, appartenant à un autre clan. En attendant que son mari grandisse et prenne pleinement son rôle, Amir découvrait les mœurs différentes de sa nouvelle famille. Parmi laquelle on découvrait un européen, Henri Smith, ethnologue en pleine observation. Au fil des tomes, Amir s'intègre. Se n'est donc pas d'un bon œil qu'elle voit son père tenter de la reprendre pour la marier à un autre clan, avec lequel l'alliance serait plus profitable. Des conflits éclatent, les influences politiques chamboulent les alliances. Pendant ce temps, Henri Smith a pris la route direction Ankara (il passe donc par l'Iran). En chemin, il fait de nombreuses rencontres, certaines le marquant profondément.

Avec ce tome 7, Kaoru Moru tente de légère variation dans son trait, qui se fait plus fin, pour raconter l'histoire d'Anis, en terre musulmane. Henri Smith va découvrir une autre culture, bien différente de celle du clan Eihon. Les femmes sont voilées et cachées du regard des hommes. Et jamais il ne croisera Anis, qui s'ennuie dans son palais, pourtant magnifique, et bien qu'ayant mari et enfant aimants. La tradition des sœurs conjointes va la sortir de sa morosité.

Après un tome 6 plein de combats, c'est un rendez-vous plus empreint de douceur que nous propose l'auteur. On pourrait lui reprocher un certain parti pris dans le dessin des scènes de hammam, où les corps sont tous très ressemblants (longiligne, taille fine pour les femmes, où seule la taille de la poitrine varie ; alors que les corps d'hommes sont plus diversifiés). On notera aussi, comme toujours dans les mangas, que les traits des personnages sont bizarrement tous européens. Ce qui est assez dérangeant de base dans un manga se situant au Japon, mais qui l'est tout autant lorsque les personnages sont de peuplades totalement différentes alors que leurs visages sont très ressemblants. Bon, ce n'est pas spécifique à Bride stories, on sait que les mangas sont tous dessinés ainsi.

En dehors de ces deux critiques, Bride stories se dévorent toujours autant avec plaisir. On passe beaucoup de temps à le lire, à se laisser bercer par l'histoire, à éplucher les dessins pour en découvrir tous les détails. J'ai hâte de découvrir la suite de cette œuvre, vraiment différent dans le paysage actuel du manga. Une vraie invitation au voyage et à l'ouverture.

Bride stories tome 7, de Kaoru Mori
Ki-oon
Août 2015

2 commentaires :

c'era una volta a dit…

J'ai suggéré à ma bibli d'acquérir ce dernier tome. Je suis fan de la série. Ce dernier tome a l'air assez surprenant. Hâte de le lire à mon tour :)

La chèvre grise a dit…

@ C'era : oui, on s'éloigne une fois de plus de l'histoire d'Amir. C'est à la fois dommage, car j'aime beaucoup Amir, mais c'est très enrichissant. Et on sent un gros travail de documentation derrière.