ShareThis

28 novembre 2016

Vango, tome 1 : entre ciel et terre [Timothée de Fombelle]

L'auteur : Timothée de Fombelle est né en 1976 à Paris. Il écrit aussi bien des romans que des pièces de théâtre.

L'histoire : Au début du siècle dernier, Vango grandit à l'écart du monde, dans les îles Éoliennes, au large de la Sicile. À dix ans, il découvre un monastère secret dont les moines deviennent sa famille. Il traverse l'Atlantique sur le Graf Zeppelin. Il entre au séminaire à Paris. Mais Vango s'est toujours senti traqué par des puissances mystérieuses. Alors qu'il doit être ordonné prêtre, une course-poursuite s'engage avec la police sur le parvis de Notre-Dame. De quel crime l'accuse-t-on ? Tandis qu'enfle le bruit de la guerre, Vango cherche sa vérité, et son histoire contient toutes les aventures.

Mon avis : Autant vous donner le ton tout de suite : j'ai absolument tout aimé dans ce premier tome des aventures de Vango. Tout !

Classé parfois dans la catégorie littérature de jeunesse, peut être simplement parce qu'on suit un jeune homme de moins de 20 ans, je craignais une histoire et un style un peu trop enfantin. Pas du tout. Timothée de Fombelle réussit ici l'exploit de me faire ressentir à nouveau mes émois de jeune fille à la lecture d'un roman d'aventures, tout en attrapant mon esprit adulte. Les personnages sont intrigants, en commençant par Vango qui sait si peu de choses sur lui-même. La persécution dont il est l'objet sera certainement l'occasion d'en découvrir plus sur son passé et son histoire. Mais tous ceux qui l'entourent sont également intéressants : Ethel, cette jeune fille amoureuse pleine de passion ; La Taupe qui utilise sa claustrophobie ; Zefiro, le moine à la tête d'un monastère invisible... Même les méchants sont captivants !

Quant à l'histoire, c'est celle d'une course poursuite folle, du début jusqu'à la fin. Pourquoi ? Les morceaux de voile se lèvent au fur et à mesure. Le lecteur est surpris, alors que le héros virevolte, sautille de ville en ville, de lieu en lieu, pourchassé par des ombres. Mais qui sont-elles ? Et comment font-elles pour le retrouver tout le temps, lui, cet enfant qui est pourtant passé maître dans l'art de disparaître ?

Tout ce petit monde est construit avec un style doux et plein de poésie, qui n'entame en rien le sentiment aventureux au cœur de l'intrigue. Timothée de Fombelle a eu le chic pour m'emporter dès les premières pages, m'attacher complètement à mon livre, avide d'en savoir toujours plus. Il construit tout avec minutie, tous les éléments s'entrelacent avec brio. On sent chez l'auteur un bonheur tel à construit son histoire qu'on ne peut que prendre beaucoup de plaisir à cette lecture. Plaisir d'autant plus grand encore que j'ai appris des choses : que l'Empire State Building avait une antenne pour permettre l'amarrage de dirigeables ; la signification exacte de l'abréviation Gestapo ; ...

Un roman passionnant vous l'aurez compris, pour tous les âges. Un coup de cœur pour moi. Je n'ai pour terminer qu'une seule chose à dire : dites Folio, c'est pour quand le second tome ? C'est que je veux connaître le fin mot de l'histoire moi !

Vango, tome 1 : entre ciel et terre, de Timothée de Fombelle
Folio
Septembre 2016

4 commentaires :

c'era una volta a dit…

Je viens de le finir!!! Et ton enthousiasme rencontre le mien. J'ai comme toi tout aimé dans ce roman et quel plaisir! Mais j'ai le sentiment que ça faisait longtemps que je n'avais vraiment rien trouvé à jeter dans une histoire.
Le fond, la forme, le cadre, l'ambiance, les personnages mais un truc de malade comme c'est bon!
J'ai adoré, non j'adore! Et je veux la suite moi aussi dans la collection Folio!!! D'ailleurs, je crois que je vais le dire à l'attaché presse quand je lui enverrai le lien de ma chronique :p ahahah

Enigma a dit…

Un auteur que j'ai très envie de découvrir. Je pense m'acheter un de ses romans lors du salon du livre et de la presse jeunesse à Montreuil ;)

Alex Mot-à-Mots a dit…

Un auteur qui déçoit rarement. Tu confirmes.

Nadège a dit…

Il faut absolument que je lise Vango, et Tobie Lolness aussi.