ShareThis

13 septembre 2017

Monster [Naoki Urasawa]

L'auteur : né en janvier 1960, Naoki Urasawa est un mangaka japonais couronné de nombreux prix et connu pour sa série Monster mais aussi pour 20th Century Boys.

L'histoire : 1986, Düsseldorf, Allemagne de l'Ouest. Un jour, le Dr Tenma décide d'ignorer l'ordre de son supérieur et sauve la vie d'un enfant. C'est ainsi que commence cette terrible histoire.

Mon avis : La découverte de ce manga, je la dois à C’era qui semblait happée dans sa lecture et qui a su très bien me la vendre. Elle a été très habile car la série compte 18 tomes, soit 3 800 pages parues en 4 ans. En général, plus de 10 tomes et je suis réticente à me lancer dans un manga. Plus il y a de tomes, plus on a tendance à avoir une histoire délayée, qui n’est pas vraiment construite et où les auteurs tentent de rallonger la sauce pour gagner de l’argent. Ici, ça pourrait effectivement gagner en intensité en étant un peu plus court. Mais il n’en reste pas moins un thriller psychologique de qualité.

Ce manga met en scène une course poursuite entre un psychopathe et le médecin qui lui a sauvé la vie étant jeune, le tout situé en Allemagne avant et après la chute du mur. Le trait est réaliste, les décors sont soignés et tout à fait crédible dans cette Europe de l’Est en pleine mutation. En prenant ce contexte historique comme point d’ancrage, Naoki Urasawa fait beaucoup pour démocratiser la culture manga, notamment auprès des européens hostiles à ce genre.

Bien plus que par les différents protagonistes, les personnages sont surtout poursuivis par des questions existentielles. Par facilité, l’auteur aurait pu poser des personnages très manichéens. Au contraire, ils sont tous terriblement humains, même celui qui apparait au premier abord comme le pire des monstres. Qui ils sont et ce qu’ils veulent devenir, malgré leur passé, voilà la quête réelle de cette histoire.

La mise en scène est palpitante et sans temps morts, à peine quelques passages un peu moins denses qui permettent au lecteur de respirer. Ça va tellement vite d’ailleurs qu’on flirte parfois un peu trop avec des raccourcis obscurs qui voient les personnages se retrouver sans qu’on comprenne vraiment trop comment ils peuvent arriver au même endroit au même moment. Mais c’est magnifiquement servi par une galerie impressionnante de personnages secondaires vraiment travaillés et parfois attachants, même dans leurs défauts. Sans violence exagérée, chacun se débat avec ce qu’il est et ce à quoi il est confronté. Car les hommes sont violents par nature, ne serait-ce que dans ce qu’ils se font subir les uns aux autres.

En dehors de toutes ces qualités indéniables, j’ai trouvé cependant le dernier tome un poil en dessous. Comme si la montagne accouchait d’une souris. La tension monte de plus en plus au fil des tomes mais le dénouement n’est pas à la hauteur. Limite à se demander si l’auteur savait vraiment où il emmenait ses lecteurs.


Monster, de Naoki Urasawa
Éditions Kana
1995

1 commentaires :

nathalie a dit…

Je suis tout à fait de ton avis. Je me souviens l'avoir lu en dévorant chaque tome (patiemment emprunté à la bibliothèque... longue haleine), et puis à la fin, piouf.